Accueil du site > Projets pédagogiques > Escrime > Histoires d’Escrime de Marseille
Enregistrer au format PDFenvoyer l'article par mail title= Version imprimable de cet article

Histoires d’Escrime de Marseille

Publié par Pascal Marullaz, le 4 mai 2008

 

Salle d’armes de l’arsenal des galères de Marseille

L’hôtel de l’intendant des galères, que l’on appelait aussi la « maison du roi », se trouvait au nord-est (en bordure de la rue Paradis), à la jonction du Vieux Parc et de l’Arsenal de 1687. Un autre bâtiment comprenait au rez-de-chaussée, la salle d’armes réputée la plus belle d’Europe. Cette salle, qui comprenait quatre galeries, où étaient rangés 10.000 mousquets et 10.000 sabres, connut une grande célébrité.

Arsenal des Galères de la ville de Marseille. Arsenal des Galères de la ville de Marseille.
Huile sur toile (180x277 cm) peinte par Jean-Baptiste Roze en 1666.
Musée de la Marine de la Chambre de commerce de Marseille.

Elle fut visitée en 1701, par les ducs de Bourgogne et de Berry, petits-fils de Louis XIV, et en 1702 par le jeune roi d’Espagne, Philippe V. En 1720, mademoiselle de Valois, fille du Régent, y fut reçue à son passage à Marseille, quand elle se rendait en Italie pour rejoindre son époux, le duc de Modène.


Pour l’honneur d’un Député

Avant d’évoquer le combat qui opposa Gaston Deferre et René Ribière, voici quelques éléments historiques liés à notre sujet.

La première prohibition rigoureuse du duel date de 1599, où elle fut établie par un édit d’Henri IV. Cependant, la notion d’honneur et d’affront lavé dans le sang était si bien ancrée dans l’imaginaire collectif que des milliers de grâces royales, cardinales, voire présidentielles, furent signées jusqu’au début du XXème siècle.

Bien que chargés de légiférer, nos représentants se sont souvent, au fil du temps, laissés aller à oublier une loi de 1810 interdisant le duel, dont l’application fut d’ailleurs laborieuse dans l’ensemble de la société, puisqu’on dénombra plus de 200 morts entre 1826 et 1834.

Au début du XXème siècle, le duel devint moins fréquent, jusqu’à tomber en désuétude, même si des bretteurs croisaient encore parfois le fer dans le plus grand anonymat, à deux exceptions prêt, toutefois.

Le premier, en 1958, opposa le Marquis de Cuevas, héritier par mariage de la famille Rockfeller et directeur du Grand Ballet, au danseur russo-helvétique Serge Lifar. Le second, objet du présent article.

Ce dernier duel eut lieu, en France, dans un jardin privé, à Neuilly, en 1967. Il mît en présence le Député-Maire socialiste de Marseille, Gaston Deferre, et le Député gaulliste du Val d’Oise, René Ribière. En pleine séance plénière de l’Assemblée nationale, Deferre jette un disgracieux « Taisez-vous, abruti ! » au visage de Ribière qui ne cessait d’interrompe son intervention ; celui-ci réclame le retrait de cette insulte mais Gaston Deferre la maintient. Dès lors, René Ribière en exige réparation et choisit l’épée comme arme pour laver l’affront.

Dans l’entourage de Ribière, on tente d’empêcher cette joute car le Député du Val d’Oise n’a jamais tenu une épée de sa vie alors que Gaston Deferre pratique l’escrime, il a même été plusieurs fois champion de Méditerranée. En outre, Ribière doit se marier au lendemain de la date fixée pour le duel… La police est prévenue, certains ministres aussi ! Mais rien n’y fait et les deux hommes se retrouvent dans un endroit tenu secret à l’exception d’eux, de leur témoin et du Directeur de combat, Jean de Lipowski. Le duel ne dura que quatre minutes, durant lesquelles Gaston Deferre toucha à deux reprises avant que Lipowski ne mette fin aux hostilités sur la victoire par blessure de Gaston Deferre, estimant à juste titre que cela devenait trop dangereux pour Ribière…

Que peut-il donc manquer à la plupart des joutes verbales des parlementaires actuels ? Peut-être, simplement, pour citer Edmond Rostand : "le panache"…

aller voir le film du duel

Vous souhaitez pratiquer l’escrime à Marseille ? L’association Générations Futures Escrime, partenaire de l’Ecole de la Deuxième Chance vous le propose. Cliquez ici pour en savoir plus


© 2008 Site des Stagiaires de l’Ecole de la Deuxième Chance de Marseille | SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0